Le mot de la présidente

Nous sommes heureux de vous accueillir sur un site encore en construction. Nous espérons que vous apprécierez, au fil de vos passages et surfs, les diverses rubriques, déjà présentes et à venir. Vous y découvrirez, selon notre humeur et l’actualité échiquéenne, nationale ou internationale, des comptes rendus, des billets d’humeur, des critiques de film ou de livres, des interviews et des statistiques décortiquées. Une section bibliographique vous donnera accès à des articles, interviews ou autres documents que nous jugeons importants dans le contexte de notre association, qui seront parfois commentés et vous permettront de vous faire une opinion sur un point précis ou un autre. Enfin, des liens vers d’autres sites, d’associations notamment, vous permettront de découvrir toute une planète de mixité.

L’association Echecs & Mixte ! que j’ai l’honneur de présider a pour vocation de remettre en perspective la disparité hommes/femmes du monde échiquéen, de discuter (et éventuellement de combattre) les arguments avancés pour expliquer (ou justifier…) cet état de fait et de proposer des mesures adaptées au but ultime que nous nous sommes fixés : une mixité parfaite dans ce noble jeu.

Il est tout d’abord vital de définir précisément ce que nous entendons par « mixité parfaite » aux échecs. Selon moi, la mixité sera atteinte lorsque autant de femmes que d’hommes seront inscrits à la Fédération (FFE ou FIDE, n’ayons pas peur des objectifs !), que la probabilité pour un joueur de rencontrer un adversaire quelconque ne dépendra pas de son sexe mais uniquement de son Elo et que la répartition des Elos féminins et masculins sera similaire. Nous pourrions ajouter qu’autant de femmes que d’hommes seront présents à tous les niveaux de la pyramide institutionnelle de la fédération (président(e) de club, membres des comités de ligue, entraineurs, arbitres, membres de la FFE etc.). Il est à parier que ces objectifs (niveau, nombre, représentativité) progresseront plus ou moins de concert.

Il est évident que cet objectif de mixité ne pourra être atteint qu’après un travail de longue haleine, que nous comparons volontiers à la lente émergence des femmes dans le milieu scolaire et universitaire. Aucun de ceux qui lisent ces lignes n’était encore né lorsque l’opinion communément admise était que les femmes étaient trop stupides pour obtenir le certificat d’études, puis le baccalauréat mais certains d’entre vous (et moi en particulier) se souviennent certainement de l’intégration d’Anne Chopinet à l’école Polytechnique, classée première au concours d’entrée s’il vous plait. Peu d’entre vous savent cependant qu’elles étaient sept femmes à intégrer cette première promotion féminisée en 1972 et qu’Anne Chopinet est mère de cinq enfants. Les échecs, qu’ils soient considérés comme un sport, un jeu, un loisir ou tout cela à la fois n’en sont pas moins une discipline intellectuelle, nécessitant des capacités très proches de celles requises au cours des études. Ainsi, l’évolution observée tout au long de la chaine éducative nous laisse augurer favorablement du but défini par notre association.

Toutefois, cette évolution que nous jugeons inéluctable ne pourra se faire sans la participation active de toutes les bonnes volontés et un retour de chacun sur les stéréotypes qu’il véhicule parfois à l’insu de son plein gré, pour reprendre un mot célèbre. Non, le pendant d’une compétition féminine, c’est-à-dire strictement interdite aux hommes, n’est pas un championnat mixte mais bien un championnat masculin strictement interdit aux femmes. L’établissement d’un tel championnat ferait sans doute pousser de hauts cris à bien des joueurs et joueuses, pour de nombreuses raisons que nous soutiendrons, aussi nous parait-il surprenant, pour ne pas dire éminemment regrettable, que les nombreuses compétitions strictement féminines existantes ne soient pas plus décriées. Nous soutenons l’éradication progressive de cette distinction femme/mixte aux championnats de France Jeunes, pour commencer. C’était le but de la pétition lancée il y a quelques mois sur Change.org et toujours en ligne.

Si vous partagez nos convictions, si vous avez des suggestions ou des témoignages, si vous pensez que tous et toutes, ensemble, nous pouvons tendre à cette mixité par des actions et des revendications étayées et argumentées, contactez-nous via la page dédiée, rejoignez l’association, signez la pétition et surtout, agissez à votre niveau pour que cette disparité ne soit un jour plus qu’un souvenir.

Les petits ruisseaux font les grandes rivières et les pions arrivent à dame.

Isabelle Billard.

 

2 opinions sur “Le mot de la présidente

Laisser un commentaire