Elections 2021 : propositions des listes pour féminiser les clubs

La FFE compte moins de 20% de licenciées. Il faut que ce taux augmente. D’une part parce que gagner des adhésions féminines, c’est gagner des licences : la marge de progression des adhésions féminines est réelle, comme l’a montré l’engouement autour de la série Le Jeu de la Dame. Pour que cet intérêt ne soit pas qu’un feu de paille, il faut que les joueuses se sentent bien en club. Dans un milieu à 80% masculin, certains hommes peuvent se permettre des blagues lourdes, des attitudes désagréables, ou tout simplement mal considérer les joueuses et leur donner envie de fuir clubs et tournois. Un meilleur taux de féminisation permettrait sans doute de réduire ces problèmes. Voici notre analyse de ce que proposent les candidats à la présidence de la FFE pour cela.

Le plan de féminisation
Vous souvenez-vous  du plan de féminisation de la FFE de 2019 ? Il nous avait enthousiasmé-e-s (lire ici et ) avant que nous soyons très énervé-e-s par le non-respect de sa promesse d’atteindre la parité dans les équipes d’arbitrage aux championnats de France. Si Laurent Freyd a finalement rempli cet engagement pour les championnats de France 2020 (annulés depuis) d’autres promesses n’ont pas été tenues par l’équipe actuellement en place : qu’a-t-on fait pour « éradiquer les attitudes sexistes » ? Le séminaire « exposant la réalité de la vie de président.e de club » a-t-il eu lieu ? Y a-t-il plus de formatrices et d’arbitres femmes ? La FFE devait par exemple « créer une politique tarifaire favorisante lorsque les stages d’arbitrage sont mixtes », pourquoi cela n’a-t-il  pas été fait ? (Rappelons que le plan de féminisation date du printemps 2019, soit un peu moins d’un an avant le premier confinement, il y avait largement le temps d’adapter la politique tarifaire pour les stages qui ont eu lieu après.)

Globalement, ce plan enthousiasmant a donc très imparfaitement été mis en oeuvre et est un échec pour ce qui est des objectifs chiffrés. Que va-t-il devenir avec les listes actuellement candidates à l’élection du mois prochain ?

On constate que l’équipe en place, qui porte la liste Un temps d’avance, est fière d’intégrer ce plan dans son bilan. Durant la soirée de présentation de sa liste où il parlait « féminisation », Bachar Koutly a répété plusieurs fois « nous avons fait le plan de féminisation ». Pourquoi se vanter d’avoir fait un plan que l’on a si peu appliqué ? Tout simplement parce qu’un plan de féminisation est une obligation du code du sport qu’il fallait remplir pour garder l’agrément du Ministère de la Jeunesse et des Sports. Il était nécessaire d’avoir un plan, sa réalisation était secondaire. 
On est alors en droit de douter de la réalisation des nouvelles promesses de féminisation de la liste Un temps d’avance, surtout qu’elles ne sont pas accompagnées des moyens de leur mise en œuvre. Cette liste nous promet par exemple de nouveau de féminiser le corps arbitral, mais ne nous dit pas comment il compte faire. Tout comme elle vise 25% de licenciées à l’horizon 2024, sans vraiment s’en donner les moyens. La liste recycle aussi des promesses du plan de féminisation qui n’ont pu être appliquées pour cause de crise sanitaire : le programme « parraine ta copine » qu’on nous promet en juin prochain était par exemple déjà prévu pour mars 2020.

De la part d’Ouverture, nous avons eu des réponses très détaillées sur tous les aspects du plan de féminisation. Cette liste compte par exemple garder le label club féminin en le faisant évoluer vers un label mixité, et propose également que  la semaine des échecs au féminin devienne plus axée sur la mixité. Cela nous semble intéressant car nous avions été choqué.e.s de l’aspect « Maman va au salon de thé » du label club féminin.

Du côté d’Unité nous n’avons pas eu de réponse directe sur le plan de féminisation, mais uniquement sur certains aspects que nous allons détailler ci-après.

Que proposent les listes pour recruter plus de licenciées et faire en sorte qu’elles restent dans les clubs ?

Dans la vie des clubs : À Un temps d’avance, on compte « créer un dossier thématique sur « Comment développer les Échecs au féminin » : plan de communication, guide d’accueil, mécénat, parrainage, etc. » tandis que chez Unité on veut « sensibiliser et soutenir les clubs en leur fournissant des supports pédagogiques pour la rédaction d’un plan de féminisation qui a pu réussir dans d’autres clubs ». Cela nous semble une bonne idée, à  condition  de  mettre  les  moyens  de  le  faire sérieusement. C’est à dire commencer d’abord par un travail approfondi d’étude et de récolte des différentes pratiques des clubs sur ce sujet, puis d’évaluation de ces pratiques. 
Comme pour le plan de féminisation de la FFE, rappelons qu’un plan c’est très bien, mais qu’il ne sert à rien s’il n’est pas mis en œuvre. Il faudra donc, si ces listes arrivent à la tête de la Fédération, qu’elles sachent motiver les clubs, notamment en leur rappelant que les nouvelles joueuses ne seront pas seulement « des féminines », cet animal étrange qu’on croise parfois, mais des membres à part entière d’un club, et qui sont là pour participer à son présent et à son avenir.

Chez Ouverture, on propose d’aider les clubs grâce à la mise en place d’une plateforme « pour mieux  comprendre les subventions possibles pour le développement de la pratique sportive féminine, et en bénéficier ». Il est clair qu’il est important de faire comprendre à certains clubs que les joueuses sont aussi un moyen d’avoir des subventions, ce qui signifie qu’elles ne sont ni une charge ni une obligation mais bien une chance pour eux.

Du réseau et des formation pour que les femmes accèdent à des fonctions de dirigeantes : Un temps d’avance propose d’étendre Le Club des dirigeantes « à l’ensemble des dirigeantes de France (clubs, CDJE, ligues, commissions). » Mais qu’est-ce donc que le club des dirigeantes ? Il s’agit d’un réseau qui a été créé en novembre dernier et qui, pour l’instant, ne regroupe que les directrices régionales des échecs au féminin et des membres de la Direction Nationale des Échecs au féminin. C’est surement très bien que ces directrices puissent échanger leurs expériences, même si on peut au passage se demander pourquoi les responsables des échecs au féminin devraient toujours être des femmes (tout comme les autres postes régionaux n’ont rien de spécifiquement masculin). Ce club serait donc étendu à toutes les femmes qui ont des responsabilités en tant que dirigeantes club, de comité départemental, de ligues ou de commission. 
C’est un sujet sur lequel nous sommes partagé-e-s à Échecs et Mixte. Ne s’agirait-il que d’une usine à gaz sans intérêt ? Est-ce uniquement de l’entre-soi ? À quoi ça cela servira-t-il ? Cela peut-il aider les présidentes de club d’échanger sur des problèmes qu’elles vivent, de se rendre compte par exemple que certaines attitudes machistes qu’elles constatent n’existent pas que dans leur propre club, pour trouver ensemble comment les contrer ? Ce qui est certain est qu’un tel club de dirigeantes ne peut fonctionner que s’il se réunit régulièrement, notamment en présentiel, qu’il est animé par des personnes conscientes des problèmes réels, et qu’il n’est pas qu’une noix creuse qu’on annonce sur le site FFE puis qu’on oublie.

Dans les propositions de la liste Ouverture, on trouve aussi un club des 100 dirigeantes, mais cette fois non-réservé à celles qui dirigent déjà. Il s’agit plus, quand on regarde dans le détail, d’une formation à l’usage des présidentes ou futures présidentes de club, aussi bien pour apprendre à s’affirmer qu’à gérer un club. Cette proposition semble très intéressante, elle demandera un véritable engagement de la part de la FFE, elle n’est pas simple à mettre en œuvre, mais elle peut donner des résultats très positifs.

Des formations contre le sexisme : le plan de féminisation présenté au printemps 2019 annonçait la « création d’un module de formation pour sensibiliser les initiateurs et formateurs », avec notamment la « mise en place d’une formation à la gestion du jeune public féminin en direction des dirigeants et des éducateurs (accueil des femmes) incluant une campagne visant à repérer et éradiquer les attitudes sexistes (déconstruction des stéréotypes sexués des encadrants, agressions verbales, etc.). » On peut douter que cela ait été réalisé quand on constate que les descriptifs des stages de formation pour les initiateurs (DIFFE) et les animateurs (DAFFE) datent tous de novembre 2014 et ne mentionnent nullement une quelconque lutte contre le sexisme. Un temps d’avance, liste menée par l’équipe en place – si fière d’avoir rédigé ce plan – ne parle d’ailleurs pas dans son programme de violences sexistes ou de stéréotype de genre. Il traite de la lutte contre « toutes les formes de violence » mais quand on regarde dans le détail on voit que cela concerne surtout les violences contre les enfants et la pédophilie. C’est totalement nécessaire, mais nous nous inquiètons que les violences envers les femmes, notamment verbales, les stéréotypes de genre (combien de fois a-t-on entendu « c’est des histoires de nanas » à propos d’un problème entre deux joueuses ?) ne fassent pas l’objet de formation pour savoir les repérer et les contrer. 

Les deux autres listes proposent au contraire de travailler sur ce sujet précis. Ouverture propose un programme détaillé qui va de la sensibilisation des diplomé-e-s de la FFE (sans doute les formateurs-trices et les arbitres) à la lutte contre les stéréotypes de genre, en passant par la promotion de la mixité notamment en créant des « référents mixité » pour chaque ligue, et par la sensibilisation et l’échange d’expériences lors des championnats de France Jeunes. Du côté d’Unité, on prévoit de « former les présidents et les animateurs aux questions d’égalité et de respect dans l’enseignement du jeu d’échecs pour faire cesser certains comportements misogynes. » C’est aussi positif, mais nous nous demandons comment inciter les présidents de clubs à suivre des formations, alors que leur charge est déjà lourde. S’il s’agit de formations optionnelles, on peut douter que ceux qui les suivront soient ceux qui en ont le plus besoin, car personne ne se sent jamais sexiste. Nous aimerions aussi savoir qui donnera ces formations : la FFE elle-même ? Un partenaire externe ? Ouverture a pris pour partenaire Egal’Sport, un collectif spécialisé dans l’égalité femmes / hommes dans le sport ; nous espérons que si Unité est la liste majoritaire, elle s’inspirera de cette idée pour travailler avec ceux qui ont de l’expérience dans le domaine des formations contre le sexisme. Nous sommes dans tous les cas heureuses et heureux que ces deux listes fassent figurer cette question dans leur programme car la question du sexisme dans les clubs ou en tournoi est extrêmement importante pour le bien-être des joueuses et des joueurs.

Des mesures pour fidéliser les jeunes : nous avons remarqué dans les programmes deux mesures pour garder les adolescent-e-s en club lorsqu’ils et elles grandissent. Ce ne sont pas des mesures spécifiques en faveur des jeunes filles, mais comme nous savons que la désaffection des joueuses est particulièrement forte à cet âge, il est intéressant de les noter. Un temps d’avance propose en effet de responsabiliser les jeunes à l’adolescence pour leur donner envie de rester au club, aussi bien en leur faisant faire de l’arbitrage qu’en leur donnant des responsabilité associatives. Du côté d’Unité, on souhaite motiver les jeunes joueurs avec un système d’objectif par paliers (par exemple viser à se qualifier aux championnats de France, puis à être dans les 10 premiers, puis… etc.) Pourquoi pas ? Nous ne savons pas si ça marchera, mais c’est sans doute à tenter. On peut en tout cas se réjouir que ces listes recherchent des solutions pour cette classe d’âge.

Smart Girls : sur le programme Smart Girls, tout le monde est d’accord. Rien ne fait autant l’unanimité entre les listes. Si Unité compte y ajouter des masterclass de grandes joueuses ou si Ouverture compte y créer des équipes et y récompenser des jeunes joueuses, les trois listes souhaitent le poursuivre. À se demander pourquoi on n’a pas l’idée de nouveaux programmes de ce type, où on enverrait les clubs chercher de nouvelles adhérentes. (On rappelle au passage que pour que ces nouvelles adhérentes restent, il faut, comme toujours, que les clubs sachent leur en donner envie). On peut juste regretter que la gratuité de la licence la première année pour les participantes à Smart Girls ait été abandonnée et que personne n’envisage d’y revenir.

Voici donc notre analyse des propositions des trois listes sur la féminisation en clubs. Globalement, la liste Un temps d’avance nous semble proposer peu de réelles nouveautés, recyclant surtout les propositions précédentes du plan de féminisation. Unité a des propositions intéressantes, mais on sent surtout une vraie réflexion sur la mixité et le travail pour sortir des stéréotypes de genre de la part d’Ouverture.

Pour revenir au sommaire de notre dossier sur les élections de 2021 au Comité Directeur de la FFE, il suffit de cliquer ici.

La réponse à notre lettre de la liste Unité

Après notre lettre aux candidats au Comité Directeur de la FFE, nous avons reçu le programme pour le secteur féminin de cette liste. Nous publions ici la réponse que nous a envoyée Sophie Milliet, la numéro 2 de cette liste, à l’intérieur de notre dossier sur les élections 2021.



Le 10 février 2021

Chères Aude et Sonia,

J’espère que je pourrai vous apporter quelques éléments de réponses par rapport à vos interrogations concernant notre programme pour lequel je me suis investie pleinement et je tiensà vous répondre point par point.

1) Concernant le programme de formation global.

Un très grand nombre de clubs sont confrontés au problème des jeunes filles qui arrêtent versl’âge de 12/13 ans. Une technique de motivation, couramment utilisée dans le domaine du sport, est de se fixer des objectifs par pallier (par exemple: top10 aux championnats de France jeunes,podium, titre dans les compétitions individuelles et par équipes, classement élos). C’est cette méthode qui m’a permis d’avoir mon parcours.

Le livret de compétence avec test de niveau, le programme de formation fédéral avec les masterclass dans les clubs sont de nature à permettre aux enfants d’évoluer dans leursprogressions. La fédération va s’occuper de proposer une formation globale incluant toutes lesquestions évoquées en distanciel avec la direction des jeunes et du numérique.

La formation est le moyen que la fédération et les clubs peuvent donner à ces jeunes pour atteindre leurs objectifs (sans entraînements, pas de résultat) C’est donc un élément très important dans le programme de féminisation.

2) Sur l’organisation de tournois à normes

Concernant les tournois à normes que Joël à organisé déjà (le dernier en date je devais jouer à Chalons-en-Champagne) et qui se ferait sous l’égide de la FFE , bien entendu qu’il s’agit d’intégrer aussi bien des joueurs que des joueuses qui aspirent à réaliser des normes. Je crois d’ailleurs savoir que Joël a toujours proposé à des fortes joueuses de participer à ses tournois.

3) Sur les championnats de France jeunes

Par mon expérience personnelle avec les championnats jeunes, je suis convaincue qu’il est très important de garder les tournois féminins et mixtes. C’est la position de la liste Unité.

La participation à un championnat de France jeunes est une source de motivation. Jouer dans lacatégorie féminine permet de se fixer des objectifs atteignables pour les joueuses qui nedominent pas leur catégorie dès le plus jeune âge. A mon avis, c’est un élément essentiel pourinciter les jeunes filles à continuer la compétition.Celles qui le souhaitent peuvent toujours fairele choix de jouer en mixte.

Nous proposons d’ouvrir la sélection des jeunes aux championnats internationaux sur un dépôt de dossier, qui sera évalué par une commission. Les filles auront donc la possibilité d’accéder à ces championnats dans la catégorie féminine en jouant le championnat de France mixte.

Par contre, nous sommes plutôt favorables à des championnats départementaux et régionaux mixtes. Ceci étant justifié par un plus faible nombre de participantes et à une différence de niveau moins importante à l’échelle des régions et départements. Mais, cette décision revient aux organes déconcentrés.

4) Concernant la formation diplômante.

Nous pensons que la complexité des diplômes de formation est un gros frein à ce que les femmes passent ce diplôme.

Nous constatons aussi que les clubs avec des entraîneurs femmes ont tendance à avoir un nombre plus important de féminines. Il est donc important de proposer une nouvelle mesure.

Le système de validation d’acquis permet de simplifier cette formation en proposant uneformule qui sera aussi plus adaptée à certains profils pouvant justifier d’une expérience. Par exemple : une ancienne joueuse d’équipe de France, qui souhaiterai devenir entraineur a forcément une expérience qui lui donnerait déjà un bon niveau pour enseigner le jeu d’échecs.

C’est le rôle de la fédération d’aider les joueuses de haut-niveau dans leur reconversion.

Evidemment, si un homme justifie aussi d’une expérience, il pourra bénéficier de ce système devalidation d’acquis.

5) Concernant la réforme des interclubs féminins.

La situation actuelle est :

  • la N1 féminine comporte seulement un week-end (joué au mois de mai) avec 3 parties.
  • la N2 féminine manque d’une véritable structure et a une formule très variable selon les régions.La première phase (pour celles qui en ont une) ne se joue qu’en février avec 3 parties maximum(souvent c’est 1 ou 2 parties). Je vous invite à aller consulter les résultats des années précédentes pour constater le manque total de lisibilité de la formule.

Cette compétition avec si peu de parties, commençant tard dans la saison n’est pas satisfaisante.

Nous souhaitons que la compétition commence plus tôt et comporte 5 à 7 parties. Cela est tout à fait compatible avec la possibilité de jouer en interclubs mixte.

La création d’équipes au-niveau départemental et régional a pour but d’aider les clubs, qui ont très peu de féminines. L’idée est de constituer des équipes de joueuses de différents clubs mais d’un même département et d’organiser des matchs inter-départementaux au sein d’une même région.

Ces 2 mesures complémentaires vont permettre de créer un esprit d’équipe qui vont motiver les joueuses à continuer la compétition.

6) Concernant le lien joueuse amatrice et joueuse de haut-niveau.

A l’heure actuelle les initiatives telles que simultanée, masterclass…. sont à la charge quasi totale des clubs, ligues organisateurs ou du secteur privé.

Nous souhaitons que la fédération organise 4 stages dans l’année pour les équipes de France (cela n’existe quasiment pas aujourd’hui) et dans le même lieu proposer des masterclass pour lesjoueu(euses)rs amateurs ou un événement qui rentre dans le cadre du programme Smart girls, ce qui permettrait d’avoir ce lieu d’échange.

Les contrats équipe de France n’ont pas à se limiter aux seules participations dans les championnats par équipes. On souhaiterait proposer aux joueurs d’inclure dans leur contratavec la fédération une ou plusieurs interventions dans les clubs et/ou écoles. Même des petits clubs pourront être soutenus par cette mesure.

Les joueu(rs)ses de haut-niveau, en partageant leur expérience pourrait aider à faire le lienscolaires-clubs.

J’espère , Sonia et Aude , que cette réponse sera de nature à répondre à vos légitimes interrogations.

Cordialement,

Sophie Milliet, Liste Unité FFE

Pour revenir au sommaire de notre dossier sur les élections de 2021 au Comité Directeur de la FFE, il suffit de cliquer ici.

Les femmes du président

Cette fois-ci, mon texte est une petite surprise destinée à diverses personnes (qui se reconnaitront sans que j’aie besoin de les citer, et qui ne sont pas toutes membres d’Échecs & Mixte !) qui avaient correspondu avec moi à propos d’une nouvelle parue sur le site de la FFE le 13 octobre 2016, brève que vous pouvez consulter en suivant ce lien.

Cette annonce d’une présidente fraichement élue au club de Roubaix et le résumé du programme affiché (haut niveau, bonne ambiance au club, cours dans les écoles) sont parfaitement sympathiques. Tout comme le scripteur ou la rédactrice anonyme de cette « brève », je souhaite longue vie au club et à son équipe dirigeante. Seulement voilà, il n’est pas habituel que les nouveaux présidents et les nouvelles présidentes de club soient annoncés sur le site de la FFE. Non pas que je trouve la justification apportée par la présidente (mettre un coup de projecteur sur un club en plein développement) répréhensible, loin de là, mais, contrairement à nombre de mes contacts qui déclaraient qu’il fallait absolument mettre en lumière au moins un autre résultat d’élection de club sur le site de la FFE, je me disais que si tous les nouveaux élus/nouvelles élues de clubs s’offraient une annonce sur le site fédéral, ça risquait de provoquer une lassitude chez les lecteurs et un embouteillage conséquent des pages web.

En effet, en quoi cette nouvelle a-t-elle été jugée suffisamment intéressante pour apparaitre sur le site ? Parce que le président est une présidente ? Parce qu’elle est la première à y avoir pensé ? Parce qu’elle a tout simplement contacté un/une des responsables du site avec un petit texte et que celui-ci a été quasi automatiquement publié ? Pour d’autres raisons que je n’imagine pas au moment où je vous écris ? Quelles que soient les raisons qui ont conduit à la publication de cette nouvelle, qu’en est-il des autres femmes présidentes de clubs ou de comités départementaux, certaines depuis fort longtemps, et qui ne se sont jamais targuées de cette position sur le site de la FFE ?

Lire la suite

Promotion de la femme dans les échecs : le label club féminin

Pour aujourd’hui, c’est Sonia Bogdanovsky, qui se définit elle-même comme une « joueuse de base », qui donne son point de vue sur le label féminin décerné par la FFE. Bonne lecture de ce décryptage sans concessions.

Les personnes qui cherchent à «promouvoir la femme dans les échecs» à la FFE veulent sans doute réellement que les échecs se féminisent, afin qu’on arrive à une fédération où il y aura autant de joueurs que de joueuses et où, en haut niveau, les femmes seront aussi fortes que les hommes. Et sur cela, je suis de tout cœur avec eux.

Mais je suis loin de partager leur vision de «la femme» et des moyens utiles et nécessaires pour la «promouvoir» en tant que joueuse. Je l’ai compris quand je suis tombée sur un petit symbole rose violacé sur le site de la FFE à côté du nom d’un club. En cherchant, j’ai découvert que cela voulait dire que ce club était titulaire du « Label club échecs au féminin » de la FFE. 48 clubs sont actuellement titulaires de ce label en France (la liste est disponible sur le site de la fédération, dans l’onglet «féminines»; liste des clubs labellisés 2015-2017). Ils ont le droit de mettre en avant cette distinction dans leur communication avec leurs partenaires privés et les institutions publiques, et la ville où ils se trouvent reçoit une lettre pour signaler la labellisation.

Au départ, l’idée m’a enthousiasmée et je me suis dit que mon club actuel l’obtiendrait facilement : il y a «beaucoup» de femmes par rapport à la plupart des clubs (20% de l’effectif), dont plusieurs à y être capitaine ou à l’avoir été, et on y est considérée comme des membres du club à part entière. Ensuite j’ai lu la Charte pour l’obtention du Label club féminin. Elle contient toute de série de mesures (dont on ne sait pas trop si ce sont des propositions ou des obligations) visant à ce que les femmes se sentent bien dans un club. Et je me suis demandé si j’avais envie que le mien y soit associé.

Lire la suite

Joueuse de club par Sonia Bogdanovsky

Je suis ce qu’on appelle une « joueuse de club ». J’ai 38 ans, je joue depuis que j’en ai 27. Mon élo oscille entre 1500 et 1600. J’ai toujours habité en région parisienne, j’ai connu deux clubs différents, je n’ai bien sûr jamais été rémunérée pour jouer. Je fais aussi de l’arbitrage, je suis devenue AF3 il y a un an (ce qui permet par exemple d’être arbitre principale d’un tournoi sans normes) mais je n’ai pas beaucoup exercé, j’essaye d’arbitrer plus cette année.

L’échiquier féminin
Quand je me suis inscrite en club, je voulais progresser aux échecs, prendre des cours, mais je n’avais pas pensé faire de la compétition. Comme dans mon club la licence était gratuite pour les femmes, je me suis retrouvée avec une licence A et, un jour, on m’a demandé de venir remplacer quelqu’un dans une équipe mixte, je crois que c’était de la N5. Ça m’a vraiment plu, j’ai été surprise. A l’époque, je finissais mes études et je ne pense pas que je me serais payé une licence A directement, c’était trop cher pour moi. La licence offerte venait de ce qu’ils pouvaient avoir besoin de joueuses en N3, donc d’une certaine façon, c’est vrai que c’est l’obligation d’avoir des féminines en nationale qui m’a amenée à la compétition. Après, j’aurais pu aussi m’y intéresser par un autre biais, peut-être au bout de quelques années.

J’ai pas mal joué en N2 et en N3 dans le cadre de « l’échiquier féminin », qui est en fait l’obligation d’avoir au moins une joueuse et un joueur de nationalité française par équipe (sauf que l’homme, il est facile à trouver.) Actuellement, il y a une joueuse à plus de 1800 dans la N2 de mon club, mais elle est souvent indisponible pour raisons professionnelles, alors j’assure ses remplacements. J’ai tenté, une année, d’être à la fois présente en N4 où je me sentais à l’aise, à mon niveau, et d’aller faire des remplacements en N2 quand la première féminine n’était pas disponible. Sauf qu’avec la règle des trois matchs (une fois que vous avez joué trois matchs durant la saison à un niveau, vous ne pouvez plus redescendre dans les divisions inférieures) il y a un moment où ce n’est plus possible et où il faut dire adieu à l’une des deux équipes.

Lire la suite