Elections 2021 : la mixité aux championnats jeunes


La mixité aux championnats jeunes est une de nos demandes principales et la plus ancienne. Nous sommes persuadé-e-s, depuis longtemps, que pour que les jeunes joueuses s’améliorent, mais aussi pour que tous les joueurs considèrent la mixité comme une évidence, il faut que filles et garçons jouent ensemble aux championnats départementaux, régionaux et nationaux. Cela en établissant deux classements, un féminin et un mixte, pour éviter la disparition des joueuses à partir d’un certain niveau de qualification. Disparition qui serait la conséquence du faible nombre de joueuses : il y a actuellement moins de très bonnes jeunes joueuses que de très bons jeunes joueurs.

Concernant les championnats qualificatifs départementaux et régionaux, les listes Unité et Ouverture se prononcent pour, à condition que les organes déconcentrés (c’est à dire les comités départementaux et les ligues qui organisent ces championnats) souhaitent le faire. À noter que la liste Unité nous dit qu’elle trouve cela justifié car à ces niveaux filles et garçons ont des Elo qui ne sont pas si inégaux, tandis qu’Ouverture considère « avoir le devoir de les convaincre que la mixité des qualifications départementales et régionales représente une réelle opportunité pour nos joueuses ». Ce qui est important : si on n’incite pas les organes déconcentrés à le faire, en leur montrant que rien ne va s’écrouler en faisant le choix de la mixité, ils ne le feront pas. Rappelons que plusieurs ligues font déjà jouer filles et garçons ensemble, dont l’Île de France, l’une des ligues les plus importantes en nombre de licencié.e.s. La liste Ouverture propose de débuter par les petites catégories (U8 et U10), puis de passer progressivement aux autres. Les joueuses pourront concourir simultanément pour une qualification en mixte et en féminin, ce qui est très important car actuellement certaines Ligues leur demandent de choisir avant la première ronde le tournoi auquel elles veulent se qualifier. Or c’est pendant les qualifications  que les joueuses peuvent se rendre compte que jouer « contre les garçons » est à leur portée.

Pour les championnats nationaux, nous constatons une vraie différence de point de vue entre Unité et Ouverture. Sophie Milliet, numéro 2 d’Unité, considère qu’il est plus motivant pour les filles de jouer en catégorie féminine, pour se fixer des objectifs « atteignables » et de laisser celles qui le veulent jouer en mixte.
Le problème que pointait du doigt sur notre site Mathilde Choisy en 2015  c’est que laisser les filles jouer entre elles leur offre des tournois moins sportifs et ne les incite pas à progresser autant qu’elles le pourraient, sans même qu’elles s’en aperçoivent : 

« Quand on est enfant, on rêve d’avion, de voyage, d’équipe de France et puis « Europe » et « Monde », ça sonne tellement bien ! Avec le recul, mes ambitions étaient bien ridicules. Mais quand on est gamine, la simple idée d’être privée de cette récompense parce qu’on s’engage dans un championnat plus fort est rédhibitoire. On ne s’imagine pas une seconde que le fossé va se creuser jusqu’à devenir un gouffre et on se réveille à 20 ou 25 ans en se disant juste « Merde ». »


Pour pallier ce problème, Unité propose néanmoins la possibilité de pouvoir être sélectionnée en équipe de France, pour les jeunes joueuses du national mixte jeune, sur dossier. Ce qui peut être une solution, mais qui existe en partie déjà (le Pôle Espoir de la FFE peut sélectionner aux championnats d’Europe et du monde des joueurs et joueuses qui n’ont pas terminé premier.ère.s de leur championnat, mais sans les financer autant que les champions de France). Ce qui  manque dans cette proposition d’Unité, c’est la part d’incitation, indispensable à nos yeux. Les jeunes joueuses auront-elles envie de faire ce parcours ? Qui le leur conseillera ? Les clubs se sentent valorisés par des titres de championnes (et peuvent recevoir pour cela de meilleures subventions), tout comme certains parents. Les filles risquent donc d’être poussées par leur entourage à jouer en catégorie féminine, pour avoir l’assurance d’un titre. Et on se retrouvera face au même problème : des filles qui croient que le mixte, c’est « chez les garçons », que « c’est plus dur » et qu’elles n’ont rien à y faire. Et des garçons qui considèrent que les filles sont nécessairement plus faibles, puisqu’on leur réserve des tournois où elles sont entre elles. Plusieurs jeunes joueuses ont rapporté que les filles jouant en catégorie mixte étaient moquées par les garçons et « attendues au tournant » en cas de mauvaise performance.

Unité estime aussi que « la suppression de toutes les compétitions féminines n’ayant en aucun cas démontré auprès de nos voisins son efficacité pour accroître le nombre de joueuses, il convient d’avoir une approche pragmatique et apporter avec les organes déconcentrés des engagements concrets. » C’est aussi ce que nous a fait remarquer la liste Ouverture : la peur que des championnats uniquement mixtes fasse baisser le nombre de joueuses comme cela a pu arriver à l’étranger. En d’autres termes, on nous dit qu’en faisant jouer les filles dans des championnats plus sportifs, elles décident d’arrêter de jouer. Ce qui est peut-être vrai. Mais alors, pour contrer ce problème, il faut trouver des moyens de faire que les filles se sentent à l’aise dans un championnat mixte. Rappelons-le, ce n’est pas aux filles de s’excuser d’être mal accueillies par certains garçons ! Il faut qu’elles puissent trouver en mixte la convivialité qu’elles ressentent dans un championnat féminin. Il y a certainement des solutions à trouver de ce côté-là.

Le programme d’Ouverture indique qu’il faut d’abord que les championnats de Ligue soient mixtes pour que les Championnats Nationaux le deviennent, et qu’une évaluation de la situation sera faite à mi-mandat. Ici, on a la sensation d’un serpent qui se mord la queue : les championnats nationaux deviendront mixtes quand les régionaux seront mixtes… alors que des championnats de France qui restent séparés entre le mixte et le féminin n’inciteront pas les ligues à faire jouer tout le monde ensemble. Dans une discussion de vive voix avec Eloi Relange, suivie d’échanges par mails, nous espérons l’avoir convaincu qu’il est possible de passer directement à la mixité totale aux championnats de France Jeunes. Nous l’avons senti réceptif à nos arguments, notamment sur les questions pratiques. Nous espérons donc pouvoir arriver à la mixité aux championnats nationaux dans de bonnes conditions pour tous et toutes dans un avenir proche si cette liste est élue. 

Nous n’indiquons pas de réponse de la part de la liste Un temps d’avance, car nous n’avons pas reçu de réponse sur cette question. Cette absence de réponse et le fait que Bachar Kouatly, à la tête de la FFE depuis 2016, n’ait jamais cherché à rendre mixtes les championnats de France jeunes nous semblent néanmoins une bonne indication de ce que cette liste compte ne pas faire sur ce point.

Pour revenir au sommaire de notre dossier, il suffit de cliquer ici.

Lettre aux candidats au Comité Directeur de la FFE

Le 13 janvier 2021,

Nous avons écrit aux candidats au Comité Directeur de la FFE (la liste menée par Bachar Kouatly, la liste «  Unité  » menée par Joël Gautier et la liste « Ouverture  » d’Éloi Relange) pour connaître leurs propositions pour le secteur féminin et leur donner les nôtres. Nous publierons leurs réponses lorsqu’elles qu’elles nous arriveront.

Chers candidats au Comité Directeur de la FFE,

Je vous écris en tant que présidente de l’association Échecs et Mixte ! Maintenant qu’après un loooooong feuilleton l’élection au Comité Directeur de la FFE semble définitivement fixée au 3 avril 2021, notre association aimerait connaître vos programmes respectifs en ce qui concerne le secteur féminin. J’imagine qu’après les différents reports de date, les listes menées par Bachar Kouatly et Éloi Relange ont pu élaborer un programme, celle de Joël Gautier sans doute aussi, mais, à l’heure où j’écris, je ne trouve sur aucun de vos sites internet (quand ils existent) vos projets pour ce secteur.  

Quels sont vos projets pour le secteur féminin ?

Je ne doute pas que la féminisation des échecs vous tient à cœur  : les effectifs de la FFE ont besoin de se féminiser, cela afin que plus de femmes puissent découvrir le monde des échecs, que les joueuses puissent se sentir bien dans cette fédération, et qu’elles puissent développer au mieux leurs capacités. À Échecs et Mixte  ! nous sommes persuadé-e-s que vous voulez tous que les échecs cessent d’être un bastion masculin pour devenir un univers mixte où les femmes et les hommes seront à l’aise. Ce dont nous avons besoin maintenant, c’est de connaître vos projets concrets pour ce secteur, et même  – pourquoi pas  ? – de lire des engagements chiffrés. Nous aimerions aussi savoir ce que vous comptez faire des projets qui existent déjà, et nous vous proposons aussi des mesures qui, nous le pensons, peuvent améliorer la mixité de notre sport. 

Comptez-vous appliquer le plan de féminisation actuel de la FFE ?

J’utilise à dessein l’expression «  secteur féminin  ». En effet, autant je suis contre le ridicule substantif «  féminine  » qui doit tout simplement être remplacé par «  joueuse  »  ; autant je n’utiliserais pas l’expression  «  secteur des joueuses  ». Car les femmes, dans le monde des échecs, ne sont pas que des joueuses, mais aussi des présidentes de club, des entraineures, des animatrices, des arbitres… Et toutes ces fonctions, quand on est une femme dans un milieu d’homme, peuvent être plus compliquées. C’est pourquoi, à Échecs et Mixte !, le plan de féminisation de la FFE nous avait enthousiasmé-e-s en 2019 avant que nous soyons extrêmement déçu-e-s de voir qu’il n’était pas appliqué (aucune trace d’un séminaire ou de récompenses pour les présidentes de club, parité à retardement pour l’arbitrage des grands événements obtenue seulement pour les championnats jeunes 2020 et pas appliquée sur les événements en ligne durant les confinements…) Que vous soyez sur une liste ou une autre, que comptez-vous garder et appliquer de ce plan de féminisation  ?

Nous avons des propositions, les voici :

Concernant la règle dite «  de la féminine obligatoire en Nationale  », nous avons depuis 2015 une proposition alternative qui est un quota de joueuses sur l’ensemble des parties jouées sur une saison en National-Régional-Départemental. Concrètement, cela revient à compter le nombre de parties jouées par un club dans ces divisions (Nombre d’échiquiers x nombre de matchs = nombre de parties) et à appliquer un coefficient pour qu’un pourcentage minimum de joueuses joue ces parties, à leur niveau.  

Par exemple  : un club a une équipe en Nationale III (8 rondes x 8 joueurs = 64 parties) et une autre en Régional (6 rondes x 5 joueurs = 30 parties). Cela fait donc 64 + 30 = 94 parties. Si on demande à ce que, au minimum, 12,5% des 94 parties soient assurées par des joueuses (soit 1/8e), cela fait 12 parties à leur faire jouer. Ce qui pourrait être réalisé avec deux joueuses sur toute la saison en Régional et aucune en NIII, ou une en NIII sur les huit parties et une en Régional sur quatre parties, ou toute autre répartition qui assure que 12 parties au moins seront jouées par des femmes sur la saison… Le pourcentage de joueuses peut être adaptés au nombre d’inscrits dans un club.

Afin que chaque club sache où il en est au cours de la saison, un outil pourra comptabilisersur le site de la FFE, dans l’espace club, toutes les parties jouées avec un code «  F  ». Et ceux qui ne respecteront pas cette obligation pourront être pénalisés les saisons suivantes. Cela permettra de faire jouer les femmes à leur niveau, et évitera de leur demander de venir pour rendre service plutôt que pour leur plaisir. Elles ne seront plus là pour «  éviter le -1  », mais elles pourraient être joueuses à part entière, et notamment exercer plus souvent le capitanat d’une équipe (comment voulez-vous être capitaine quand vous êtes le «  bouche-trou  » d’une équipe de NII où tous les joueurs ont 300 points de plus que vous  ?) Nous souhaitons connaître votre avis sur cette proposition, et savoir si vous comptez la mettre en œuvre car elle nous semble particulièrement importante pour l’accès à la compétition de nouvelles joueuses. 

Nous ne sommes cependant pas opposé-e-s à garder l’obligation d’avoir une joueuse par équipe en top12, si une commission du haut niveau féminin – en concertation avec l’élite féminine – estime que c’est une mesure adéquate pour favoriser tant leur progression sportive que leur situation économique. À ce propos, que comptez-vous faire pour sécuriser l’entrainement des joueuses de haut niveau les plus fortes ou les plus prometteuses  ? Certaines joueuses de haut niveau vont souvent choisir de jouer le National Féminin aux championnats de France pour des raisons financières, parce qu’elles sont invitées par la FFE, alors qu’elles préféreraient peut-être jouer l’Accession, un tournoi plus compétitif, avec des adversaires qu’elles connaissent moins, et qui peut leur ouvrir les portes du National Mixte. Est-ce qu’il y aurait la possibilité de transformer une partie des prix du National féminin en une allocation qui permettrait de laisser le choix aux joueuses du tournoi qu’elles désirent vraiment jouer l’année suivante ? Ou d’inviter quelques joueuses à jouer l’Accession, dans les mêmes conditions que le National féminin ? 

Par ailleurs, les joueuses de haut niveau ne doivent pas être cantonnées aux tournois féminins lorsqu’elles veulent tenter de faire des normes. Les tournois fermés, où joueurs et joueuses peuvent réaliser des normes de MI, GMI… pourraient avoir une aide de la FFE à condition d’avoir comme participantes une ou plusieurs joueuses françaises. 
Qu’en pensez-vous  ?

Que comptez-vous faire pour aider les joueuses qui sont étudiantes à continuer à s’entrainer  ? Beaucoup de joueurs et encore plus de joueuses abandonnent les échecs au moment de débuter leurs études. Certaines écoles et universités permettent pourtant à ceux et celles qui sont sportifs de haut niveau d’aménager leur emploi du temps dans ces années qui comptent tant dans la carrière d’un sportif. Pourrait-on avoir une liste de ces établissements  ? Comptez-vous promouvoir les partenariats avec eux  ?  

Enfin, vous le savez, Échecs et Mixte ! a toujours soutenu l’idée de faire jouer filles et garçons ensemble aux Championnats Jeunes, de l’échelon départemental au championnat national, avec double classement (mixte et féminin). Cela afin que les filles jouent à leur vrai niveau, qu’elles s’habituent à des tournois plus compétitifs, et que les garçons découvrent qu’elles sont des adversaires à part entière et non des «  féminines  ». Plusieurs ligues appliquent cela depuis des années, aucune ne s’en est effondrée. Faire jouer tous les jeunes d’une même catégorie dans le même tournoi est depuis longtemps une nécessité pour améliorer le niveau des jeunes joueuses. Vous y engagez-vous  ? 

J’espère avoir bientôt vos réponses à ces questions et connaître votre programme en ce qui concerne le secteur féminin. À Échecs et Mixte  !, nous souhaitons pouvoir publier vos différentes réponses au plus tard aux alentours du 17 février 2021 : nous fêterons les six ans de l’association, ce sera une bonne occasion d’avoir une idée de l’avenir de la mixité dans notre fédération. Et cela sera suffisamment tôt pour laisser aux lecteurs du site le temps d’évaluer vos programmes. Nous sommes prêt-e-s à parler de nos propositions, à échanger sur les vôtres. Nous attendons vos retours avec impatience et curiosité. 

En attendant, je vous envoie, au nom d’Échecs et Mixte !, nos meilleurs vœux de mixité et de projets réalisés pour cette année 2021.

Sonia Bogdanovsky,

Présidente de l’association Échecs et Mixte  !

 

Parce que « mixte » ne signifie pas « chez les garçons » ou les Championnats régionaux IDF 2018

Mes amis qui ne jouent pas aux échecs me demandent toujours pourquoi dans certains tournois « les filles et les garçons ne jouent pas ensemble. » En général, c’est dit sur le ton de l’évidence : « il n’y a pas de différence entre le cerveau des filles et des garçons, c’est anormal de les séparer. » Je dois donc expliquer à chaque fois que, d’une part ce ne sont pas « les garçons » qui sont séparés des filles mais qu’il existe une catégorie féminine et une catégorie « mixte » où les joueuses s’inscrivent rarement, et que comme il n’y a que 10% à 20% de joueuses, il y en a moins de haut niveau. Résultat, passé un certain stade, sans compétitions féminines ou règles particulières, les joueuses finiraient par trop se raréfier. Je prends en général pour exemple le fait que Hou Yifan, la meilleure joueuse en activité et seule femme au top 100 mondial, n’y est jamais que 93e.
Il n’empêche que séparer les joueuses et les joueurs aux échecs, ça fait bizarre, même pour moi. Et on a déjà parlé sur ce site des problèmes qui viennent de l’habitude de trop jouer en féminin, notamment dans la formation des joueuses. J’ai donc été très heureuse que la Ligue d’Ile de France décide cette année de faire jouer ensemble les catégories féminines et mixtes lors des championnats régionaux des jeunes. L’idée était qu’il y aurait deux classements, le féminin et le mixte, et que les meilleures joueuses auraient ainsi l’occasion de se qualifier en mixte au championnat de France.

J’ai eu l’honneur d’être membre de l’équipe d’arbitrage, en charge de la catégorie Benjamins.

Lire la suite

[Mise à jour] État des lieux de la mixité dans les championnats jeunes (départements & ligues)

Voici la suite du travail de compilation des résultats des championnats jeunes départementaux et de ligue (petits poussins à minimes) et de France (petits poussins à juniors). Le but est d’avoir une idée de la progression de la mixité sur l’ensemble du territoire. Vous trouverez ces données en suivant les liens suivants : championnats départementaux, championnats de ligue, championnats de France.

Les dernières données récoltées concernent l’année 2016-2017, donc avant que les nouvelles ligues ne prennent le relais. Ce sera très intéressant de voir comment ce nouveau découpage va affecter (ou non) la mixité des championnats jeunes.

Lire la suite

Championnats départementaux jeunes mixtes : Oui, c’est possible !

Lors du débat entre les trois candidats à l’élection présidentielle FFE, j’ai eu le plaisir de rencontrer diverses personnes, notamment des joueurs du Val d’Oise et en particulier Christophe Paquin, président du club d’échecs Ermontois. Je vous laisse découvrir un texte de sa main, décrivant ses interrogations et ses états d’âme mais aussi les choix, les décisions et les prises de position de l’ensemble du comité du CDJE de ce département en faveur de la mixité des championnats départementaux jeunes. Ce texte est suivi d’un commentaire rédigé à 6 mains par la famille Tamburro sur le même sujet.

Dans le même ordre d’idées, nous avons le très grand plaisir de relayer également un article du club d’Echecs M-échecs, suite aux qualifications jeunes d’Ile de France, malheureusement non mixtes et pour ceux que le sujet intéresse et n’ont pas peur des débats :post France Echecs

Il va sans dire que l’association E&M! se réjouit des choix effectués par le CDJE-95 et espère que dans un proche avenir, de très nombreux CDJE feront le même choix. Nous soutenons évidemment aussi  les appels à la mixité des championnats de Ligue et ce, depuis les débuts de notre association. Merci à vous, messieurs, ensemble, nous y arriverons.

Lire la suite

Et si on arrêtait de se battre ? par Mathilde Choisy

 

J’ai appris à jouer aux échecs en famille durant l’été 1995 avant de rejoindre dès la rentrée 1995 l^A8FC8B81C816247349C98AE58C3FBC1E5AFCFB2CFB7AF2560F^pimgpsh_fullsize_distre club d’Agneaux Saint-Lô. J’ai eu la chance de tomber dans une région où les catégories étaient mixtes lorsqu’il n’y avait pas assez de joueuses et lors de mon premier championnat de Basse-Normandie en février 1996, les petites poussines jouaient avec les petits poussins. J’ai remporté ce championnat, en mixte, et jouer avec les garçons les qualifications départementales ou régionales est devenu une banalité.

J’étais par la suite qualifiée d’office aux championnats de France jeunes tous les ans. Le comité et la ligue m’autorisaient à jouer les championnats qualificatifs soit dans la catégorie féminine au-dessus (j’ai joué une fois en pupillettes lorsque j’étais poussine), soit chez les garçons (c’est arrivé une dizaine de fois). Après avoir gagné plusieurs fois chez les garçons, j’ai d’ailleurs arrêté de jouer les qualifications, d’abord départementales puis régionales parce qu’elles n’avaient plus d’intérêt sportif.

Lire la suite

Une jeune joueuse à propos de la mixité

Courte introduction

Quand j’ai commencé à interroger des joueuses sur la question de la mixité, ce qui m’a frappé, c’est leur réaction très vive au fait que quelqu’un s’intéressait sérieusement à la question. Cela fait moi-même près de quinze ans que j’enrage de cet état de fait et je m’aperçois petit à petit que je ne suis pas la seule.

Deuxième prise de parole dans cette série (après celle de Sophie Aflalo) : celle d’une jeune joueuse préférant rester anonyme. Propos recueillis en juin 2014.

Si des joueuses souhaitent témoigner et donner leur point de vue (nominativement ou anonymement), nous les publierons avec plaisir.

Nous acceptons également les contributions qui ne vont pas dans notre sens. Simplement, dans ce cas, nous nous réservons le droit de publier en même temps une réponse argumentée.

Lire la suite

Sophie Aflalo et la mixité des Championnats de France jeunes

Courte introduction

Quand j’ai soumis ma candidature à la Commission des Féminines en mai 2013, ma lettre de motivation indiquait : « je considère qu’il est primordial de valoriser la mixité et surtout auprès des jeunes, notamment en supprimant les championnats jeunes féminins » au profit de championnats exclusivement mixtes.

Mes opinions en entrant dans cette commission étaient donc on ne peut plus claires. Une fois entrée dans la commission, j’ai interrogé quelques joueuses et animé une soirée de discussion sur le thème de la mixité à l’Open de Sélestat en février 2014.

Suite au compte-rendu de cette soirée à la commission féminine, j’ai reçu de la présidente de la commission la réponse suivante : « Faisons bien attention de ne pas dénigrer les mesures prises par la FFE en faveur des femmes qui sont plutôt bien acceptées par une bonne majorité d’entre elles ! »

Je suis peut-être paranoïaque, mais j’ai quand même un tout petit peu interprété cette réponse comme un refus de toute discussion des mesures actuelles. Les joueuses d’échecs sont têtues : l’objectif n’a pas été abandonné et vous connaissez la suite, la pétition, la fin de non-recevoir de la FFE, la création de l’association, etc.

Aujourd’hui nous publions – avec l’accord des personnes concernées, bien sûr – les propos recueillis : ici ceux de Sophie Aflalo.

Lire la suite

Parcours d’une joueuse d’échecs semi-professionnelle

Après mes études d’urbanisme, j’ai décidé de prendre un temps pour me consacrer exclusivement aux échecs. J’ai donc été semi-professionnelle voire professionnelle pendant presque deux ans. C’est pourquoi je voudrais retracer ici mon parcours et faire partager mon sentiment à propos de la mixité aux échecs.  

J’ai commencé les échecs à 6 ans ; c’est mon père qui m’a appris. J’ai d’abord regardé mon frère et mon père jouer ensemble avec une admiration sans borne. Puis ce fut à mon tour d’apprendre les règles. Peu de temps après mes parents m’inscrivaient dans le club d’échecs d’Ermont, la ville de mon enfance et de mon adolescence. Je me débrouillais franchement bien : après quelques mois d’échecs, j’ai fini 4ème dans un petit tournoi avec les enfants. Ce tournoi était mixte, comme tous les tournois du dimanche organisés pour les enfants. Je finissais très souvent aux places d’honneurs, plusieurs fois première, devant des garçons bien entendu et personne ne s’en étonnait. J’ai même gagné un tournoi en étant surclassée de deux catégories. Les gens venaient féliciter mes parents et quelques entraîneurs s’intéressaient même à moi. Tout commençait donc fort bien.

Lire la suite