Programme Smart Girls : Mais où sont les neiges d’antan ?

Début janvier 2020, la FFE a publié dans ses « actus » l’appel à candidature au programme Smart Girls (SG) 2020 ainsi que le bilan de cette action pour 2019, tous documents que vous pouvez consulter ici : http://www.echecs.asso.fr/Actu.aspx?Ref=12316

Comme souvent, entre l’enthousiasme des textes de la DNF et la réalité chiffrée, il y a une certaine marge qu’il me parait important de détailler, d’autant que pour une fois, tout n’est pas mauvais dans ce bilan, loin s’en faut.

Smart Girls : Pour qui, pour quoi ?

Les objectifs du programme Smart Girls, lancé au niveau de la FIDE et décliné par la FFE sont clairs, ils sont chiffrables et ils sont ambitieux :

« Faire découvrir notre sport à des jeunes filles qui sont habituellement éloignées de cette pratique sportive et favoriser, dans les meilleures conditions, leur adhésion aux clubs. » et aussi : « L’objectif de la FFE est d’atteindre au minimum 400 nouvelles jeunes licenciées en 2020. ».

Miniature du manuscrit d’Alphonse X le Sage, 1283 : Femmes maures en costume arabe jouant aux Échecs.

Un esprit chagrin pourrait se poser une question : Pourquoi ces licenciées doivent-elles être « jeunes » et quelle est la limite d’âge au-dessus de laquelle une femme n’intègre plus les canons de Smart Girls ? La FIDE et la FFE auraient-elles peur que des seniores leur fassent moins d’usage que de jeunes donzelles ? Ce même esprit chagrin pourrait aussi trouver un peu hypocrite que la FFE prétende vouloir favoriser leur adhésion dans les clubs alors que, dans le même temps, elle oblige les clubs à une « prise de licences B ou A non remboursées par la FFE, cette saison ».

Que disent les clubs du programme auquel ils ont participé ?

Pour répondre à cette question, j’ai analysé les annonces officielles des clubs, c’est-à-dire les documents qu’ils devaient fournir à la FFE au moins deux fois dans la session, sans oublier que ceux-ci pouvaient avoir été triés par la FFE avant d’être publiés dans le bilan. J’ai aussi cherché une trace de l’action des clubs sur leurs sites. Là aussi, il peut y avoir un hiatus entre réalité et ce que j’en ai vu, parce que j’ai pu m’égarer sur certains sites foisonnants et aussi parce qu’il n’y avait pas d’obligation pour les clubs de communiquer leur action sur leur site web. Après ces restrictions méthodologiques d’usage, il ressort de cette fouille une très forte disparité d’attitudes affichées par les clubs mais l’impression que j’en retire est, somme toute, plutôt encourageante. À une extrémité des possibles, certains clubs ont rempli leurs obligations de façon minimaliste : par exemple (mais il n’est pas le seul dans cette version restreinte), le club d’Aulnoye a fourni le chiffre des nouvelles licenciées de l’année et un tout petit article de presse locale (24 mai 2019, L’Observateur de l’Avesnois) où il n’est même pas fait mention du programme SG, point barre. Bien que l’édition SG de 2019 ne soit pas la première, seuls les clubs de Saint Germain Laval et Noisiel signalent qu’ils rempilaient dans le programme SG. Ceci ne veut pas forcément dire que tous les autres étaient des petits nouveaux (ce qui, ipso facto, indiquerait que les clubs de l’année d’avant ont jeté l’éponge) mais ça pose tout de même un peu la question du suivi de l’implication des clubs, sujet sur lequel la DNF s’est bien gardée de communiquer.

En revanche, plusieurs clubs se sont vraiment lancés à fond dans l’aventure, en profitant du contexte local : subventions et/ou partenariats complémentaires (FDVA : Monteux ; mairie : le club d’Orsay ; association luttant contre l’exclusion : Club Palamède, département+ mairie : Perpignan), animations « sans lien apparent » mais que je trouve parfaitement appropriées (Fontainebleau : sortie au Palais de la découverte, exposition sur les mathématiques et les neurosciences, Nomain : animation lors de la semaine de la science). Plus discrets dans leur bilan officiel, d’autres clubs ont fortement communiqué sur leur site web : Noisiel affiche clairement que « La mixité est la règle dans nos équipes, jeunes et adultes, aux interclubs, en Nationale ou en Critériums », le club de Limoges a posté une interview donnée à Radio France Bleu Limousin (https://www.youtube.com/watch?v=PuCsuM50Otg&feature=youtu.be) de la présidente et de la responsable du projet SG dans les bibliothèques  qui aborde bien des sujets (les quartiers, les jeunes, les femmes etc…) tandis que Nomain, dans son post du 15 février, met en ligne un discours très engagé de Julien Clarebout. Dans une attitude intermédiaire, citons Suresnes et Palamède Echecs, qui ont tous les deux fait un petit reportage sur la journée SG organisée par la DNF au château d’Asnières (20 octobre 2019)

Reine qui joue aux échecs
Anonyme, tapisserie, XIVe siècle. Colmar, musée d’Unterlinden

Mais au fait, combien de SG ?

Le bilan 2019 présenté par la FFE fait état de « 330 nouvelles jeunes joueuses, parmi toutes celles qui ont découvert notre sport et qui ont été licenciées dans l’un des 23 clubs pilotes. ». C’est indiscutablement une excellente nouvelle et 330 est un très beau chiffre, qui devient tout à fait impressionnant si on le compare à la variation du nombre de licencié.e.s FFE (A et B) entre les saisons 2017/2018 et 2018/2019 : 54860 licencié.e.s en 2017/2018 et 54082 pour 2018/2019, soit une diminution de 778 licences (http://www.echecs.asso.fr/Actus/6797/FFE2000a2019.pdf). Est-ce à dire que le programme Smart Girls, logiquement reconduit pour la saison 2019/2020, permettrait d’enrayer, au moins partiellement, la chute des licences de la FFE que l’on observe depuis quelques années ? Pour cela, il faudrait que ces nouvelles inscrites de 2018/2019 aient décidé de reconduire leur licence en 2019/2020, sinon, elles n’auront été qu’un feu de paille sans aucune conséquence bénéfique à long terme. Bref, que sont donc devenues ces 330 nouvelles licenciées un an après avoir découvert les échecs grâce au programme Smart Girls ?

Pour répondre à cette question du suivi, j’ai dressé un bilan, arrêté à la date du 12 janvier 2020, du programme Smart Girls 2019. Ce dernier a concerné des actions ayant eu lieu entre décembre 2018 et octobre 2019, donc des prises de licences à la saison 2018/2019. Je me suis armée de patience et j’ai scruté les données accessibles sur le site de la FFE. Pour chacun des 23 clubs ayant participé au programme Smart Girls de 2019, j’ai étudié la liste des adhérentes de la saison actuelle (2019/2020), que j’ai consultée pour tous ces clubs le 12 janvier 2020. On peut raisonnablement penser que si une SG de 2018/2019 n’a pas renouvelé sa licence à la mi-janvier de la saison suivante, c’est qu’elle ne le fera pas. Suivant la logique d’attribution des codes licences à la FFE, les personnes ayant pris une licence à la FFE pour la première fois à la saison 2018/2019 ont un numéro qui commence par S5, S6 ou S7 (http://www.echecs.asso.fr/Actus/6797/EFFBRUTS.pdf). Evidemment, ce comptage est « un peu faux », d’une quantité difficile à estimer, parce que dans ces licenciées, se trouvent aussi potentiellement des joueuses n’ayant jamais entendu parler du programme SG et venues au club spontanément. A l’inverse, il n’est pas impossible qu’une SG disparaisse des compteurs pour cause de déménagement dans un club n’ayant pas participé au programme SG. Ces corrections sont très vraisemblablement mineures, la seconde étant sans doute bien inférieure à la première, si bien que l’on peut raisonnablement supposer que le décompte effectué de cette façon donne une valeur légèrement supérieure à la réalité recherchée.

Pour chacun des clubs, j’ai rassemblé dans un tableau excel (1) l’existence du label féminin (oui/non), le nombre total d’adhérents (H et F) au 12 janvier 2020, le nombre de joueuses adhérentes à la même date, le nombre de licenciées SG tel qu’annoncé dans le bilan 2019 fourni par la FFE et enfin les licences de femmes avec la lettre S, suivi du chiffre 5 ou supérieur, qui sont donc potentiellement les SG ayant poursuivi dans le club de leur début. 

Commençons pas des constatations d’ordre général. Tout d’abord, le label féminin n’est pas obligatoire pour qu’un club soit retenu dans le programme SG puisque 11 clubs sur les 23 n’ont pas ce label. Ensuite, 9 clubs sur 23 affichaient en janvier 2020 un pourcentage de joueuses supérieur ou égal à 25% (Podium : Culture Echecs Suresnes : 41,5% ; Roubaix Echecs : 40% et Nomain : 35%) donc supérieur à la valeur moyenne de la FFE. Cependant, pour les 23 clubs concernés, soit un total, H et F confondus, de 1731 personnes licenciées, on dénombre 731 F, soit 22,9% du total, une valeur très proche de la moyenne de la FFE.

Venons-en maintenant au cœur du sujet. Dans le bilan fourni, 20 clubs sur les 23 ont indiqué le nombre exact de SG qu’ils ont licenciées sur la saison 2018/2019, ce qui mène à un total de 311 nouvelles joueuses. La différence avec le chiffre de 330 annoncé par la FFE, soit 19, doit donc être mis à l’actif de l’ensemble des trois clubs muets sur leurs résultats chiffrés dans le bilan publié. Par conséquent, je n’ai pas tenu compte de ces clubs dans la suite des calculs, du fait de cette inconnue. Ainsi, en janvier 2020, sur ces 311 joueuses, il en restait 84 au total dans les clubs impliqués, ce qui veut dire un taux de survie (pardonnez-moi l’expression) de 27%. Un examen attentif du fichier permet de constater des écarts très importants d’un club à un autre. 4 clubs ont conservé moins de 10% des SG recrutées, 3 parmi ces 4 n’en ayant récupéré aucune, tandis que 2 clubs affichent un taux de maintien de 100 % (l’Aviron Bayonnais et JEEN Paris) et que Palamède Paris obtient un taux record de 112 %, qui traduit la présence de joueuses n’ayant pas été licenciées via le programme SG.

silhouettes de joueuses d’échecs. (oeuvre du XVIIIème siècle, auteur.e inconnu.e)

Mais où sont les neiges d’antan ?

Ainsi, le bilan chiffré apparait-il contrasté. L’engagement de ces clubs a permis de licencier de nombreuses nouvelles joueuses mais force est de constater que seulement 27% d’entre elles ont poursuivi l’aventure échiquéenne l’année suivante. Selon que vous êtes plutôt verre à moitié vide ou verre à moitié plein, vous trouverez ce taux de succès encourageant ou désespérant. Pour se faire une réelle opinion de cette performance ou contre-performance, il faut comparer ce taux d’échecs de 73 % au taux général de non renouvellement des premières prises de licences au niveau national. Puisque la saison 2019/2020 ne s’achèvera que fin août 2020, ce taux est encore inconnu mais on peut d’ores et déjà en avoir une estimation avec les chiffres généraux accessibles au 01/03/2020. A cette date, il y avait 17295 codes T (première prise de licences pour 2019/2020) et 7075 codes S, chiffre qui ne prend en compte que les codes attribués depuis 2004/2005 et est donc le chiffre des survivant.e.s à la prise de licence en 2018/2019. En négligeant les variations entre cette saison et la saison passée, on en déduit que le taux de non-renouvellement en deuxième année de FFE est de l’ordre de 59 % en ce début mars 2020. Ce taux pourrait légèrement baisser jusqu’au mois d’août, si des adhérent.e.s de l’an passé ont brusquement un remord ou une envie de revenez-y (ce qui risque d’être très limité compte tenu de l’état de confinement actuel) mais globalement, le taux de renouvellement de la FFE est significativement meilleur que le taux de renouvellement du programme spécifique SG (environ 41% pour la FFE et donc 27 % pour SG). Bref, Flora, Archipiada (2), sa cousine Thaïs, Echo, Héloïse, Blanche, Berthe, Bietris, Alis, Harenburgis et Jeanne n’ont fait qu’un petit tour à la FFE et puis s’en sont allées, je vous laisse choisir les prénoms des trois dames du temps jadis qui se sont réinscrites.

Est-ce totalement désespéré ? Que faire ?

               Malgré les apparences, je ne le pense pas. En effet, le taux de non-renouvellement moyen du programme SG cache, comme déjà indiqué, de grandes disparités de comportements et de résultats des clubs qui y ont participé. Sur les 23 clubs participants, 10 ont un taux de renouvellement supérieur à 40% (Aviron bayonnais, Fontainebleau, Noisiel, Nomain, Orsay, JEEN, Palamède, Roi de la têt, Roubaix et Saint Etienne), où l’on retrouve, ‘comme par hasard’, une bonne partie des clubs repérés, via le bilan de la FFE et de leur site web, comme fortement engagés dans l’action pour la féminisation des échecs (mais pas qu’eux). Ce sont en fait les clubs à 0% qui plombent la moyenne. Il est donc possible d’attirer et de garder les femmes et filles dans les clubs, il ne reste plus qu’à connaitre les recettes des clubs cités. Compte tenu des mesures de confinement actuelles, il est malheureusement probable que le succès du programme SG 2020 sera plombé pour des raisons qui n’ont rien à voir avec le jeu d’échecs et que l’objectif de 400 nouvelles inscrites sera difficile à atteindre. Par ailleurs, il faudra sans doute que la charte d’engagement soit revue, au moins pour cette année, puisqu’il sera certainement délicat de maintenir 10 mois de cours à une heure par semaine. Faisons confiance à la DNF pour faire preuve de bon sens et de mansuétude.

               En ces temps de confinement, peut-être la chose la plus intelligente à faire serait-elle de discuter très sérieusement avec tous les clubs du programme SG de 2019, afin de cerner les raisons des réussites et des ratés du programme en terme de réinscription, des SG dans le club et des clubs au programme. Mon petit doigt me dit que les effets d’aubaine qui ont peut-être convaincu certains clubs de se lancer dans le programme (puisque visiblement, l’an passé, la FFE payait la licence des SG) ne sont pas rentables sur le long terme. En revanche, des clubs qui s’impliquent depuis longtemps pour la parité, avec des membres actifs sur le sujet, en profitant du programme SG, n’ont fait que rendre visible la lame de fond qu’ils ont su initier en leur sein.
 A ceux-là, je tire mon chapeau.


  1. Que je tiens à la disposition de quiconque le demandera []
  2. Qui pourrait être un homme, en fait mais bon … []

Laisser un commentaire