Echecs , mensonges et vidéo

Article d’Isabelle Billard

On peut réglementairement mentir dans une impressionnante liste de jeux de plateau 1. Mentir pour conclure un accord qu’on trahira au tour suivant (Monopoly, Catane, Risk…). Mentir pour abuser l’équipe adverse (Loup Garou). Mentir pour donner du piment au jeu (tous les jeux de rôles, typiquement). Au jeu d’échecs, on ne peut pas mentir, en principe. Bien sur, il y a les gambits, l’offre d’un pion empoisonné par exemple en b2/b7 ou le sacrifice de Dame si tentant et pourtant si dangereux à accepter. Tout cela n’est pas mentir. Le coup s’est joué sur l’échiquier, au vu de tout le monde, il n’y a pas entourloupe, et la plupart du temps, l’adversaire n’est pas obligé de prendre. Un comportement plus limite est la fausse mine dépitée après votre coup, la main qui se déplace au-dessus du plateau de jeu et semble hésiter alors que vous connaissez l’ouverture par cœur. Ces comportements, qui s’apparentent plutôt au bluff du poker ou aux comédies des joueurs de foot qui tombent à terre en hurlant à la mort pour une pichenette, vous attireront les foudres de l’arbitre si vous abusez du procédé et que votre adversaire porte plainte. 

Une des tartes à la crème des textes sur les échecs est de vanter les valeurs sportives que véhicule le noble jeu : respect des règles, respect de l’arbitre, respect de l’adversaire. On pourrait donc s’attendre à ce que les représentants de la FFE soient irréprochables quant au respect de la parole donnée et soient d’une honnêteté intellectuelle à toute épreuve. Tout le monde a le droit de se tromper, mais personne n’a le droit de mépriser ses interlocuteurs, ses adhérents, le Ministère et le public en général qu’il puisse s’autoriser à promettre monts et merveilles pour, dans la foulée, s’asseoir sur les textes écrits qui engagent la FFE via leur signature. 

Et pourtant ! Si je reprends le texte du « Plan de féminisation de la FFE » qui nous avait tant plu (voir ici et ), en commençant par le mot du président, j’apprends que « La féminisation du sport échecs est une mission prioritaire de la FFE, nous nous engageons à favoriser l’accès des filles et des femmes à toutes les formes de pratiques du jeu d’échecs, à lever les obstacles qui entravent leurs engagements dans le haut niveau et à leur permettre une meilleure représentation dans les instances dirigeantes et encadrantes. » (signé: Bachar Kouatly). Dans le détail du plan, présenté cet été oralement par J. Wolfangel et M. Choisy, nous avions tout particulièrement signalé notre adhésion et notre enthousiasme pour les mesures visant à « tendre vers la parité sur l’arbitrage des grands championnats (championnat de France, championnat de France jeunes, championnat de France Rapide et Blitz)» (page 18). Encore plus précis et plus exigeant, le tableau de ce même plan, page 19, indiquait que l’objectif intitulé ‘parité sur l’arbitrage des championnats nationaux’, piloté par la DNA, devait commencer en août 2019, aux Championnats de France de cette année, par conséquent, et que l’indicateur chiffré serait le pourcentage de femmes. Résultat, la liste officielle des arbitres de ce championnat mentionne en tout et pour tout 3 femmes (Lucie ARGENTE, Dominique CYRILLE et Marie GUIBERT), pour 14 arbitres, soit une femme arbitre de moins que l’an passé pour le championnat de Nîmes, encadré par 12 arbitres au total. Pas besoin de sortir de Polytechnique pour comprendre qu’en passant de 4 F sur 12 à 3 F sur 14, on assiste à une régression. À tout le moins, on peut trouver que la FFE a une curieuse façon de « tendre » vers l’égalité des genres dans l’arbitrage des Championnats de France. 

Notez que je n’accuse pas les signataires du plan de mensonge éhonté. En effet,on peut trouver plein de raisons à ce pitoyable résultat après tant de battage médiatique, que l’on peut classer en deux catégories d’explications, que nous allons examiner tour à tour.

1) « C’est la faute aux femmes ! »
Evidemment, comme dit une pub célèbre, ‘100% des gagnantes auront tenté leur chance’, si bien que si moins de 7 femmes se sont portées candidates pour arbitrer aux championnats de France, même la meilleure volonté du monde n’arrivera pas à en mettre 7 dans la liste, sauf à prendre des volontaires désignées d’office, ce qui n’est pas souhaitable non plus. Toutefois, nos diverses sources d’information indiquent qu’au moins 5 femmes se sont portées candidates. Le compte n’y est toujours pas mais quelles ont été les raisons qui ont conduit à réduire ce nombre à portion si congrue ?

Encore une fois, je ne fais pas a priori de procès d’intention à la FFE mais tout de même, il y a de quoi se poser quelques questions. Toujours d’après nos informations, il n’y a pas eu de désistement pour cause de force majeure et aucune des candidates n’avait un niveau insuffisant. En revanche, une candidate a été écartée pour, parait-il, des petits soucis de comportements au cours d’arbitrages précédents, ce dont elle s’étonne. Sur ce dernier cas, je ne veux pas lancer une polémique qui n’a pas été souhaitée par l’arbitre en question mais comme dit encore une fois la pub, « il n’y a pas de petits soucis de comportement » quand on est arbitre. Ou bien il y a une plainte d’un joueur et une décision en commission ou bien il n’y en a pas. En l’absence de plainte passée, l’argument retenu pour l’écarter des Championnats sent fortement le moisi. Enfin, une deuxième candidate a été écartée parce qu’elle avait déjà arbitré lors des Championnats jeunes de cette année. Reste donc trois femmes pour un objectif de 7. 

Que les candidatures ne soient pas automatiquement acceptées, cela est normal. Que la première année où l’on claironne qu’on va vers l’égalité arbitrale, on se retrouve avec moins de femmes que l’année d’avant l’est beaucoup moins et ce n’est pas cet état de fait qui va susciter l’enthousiasme des femmes pour les candidatures de l’an prochain. 

Nous en venons donc logiquement à la seconde catégorie de raisons possibles à ce fiasco lamentable :

2) « C’est la FFE, la DNF et la DNA 2   qui n’ont pas fait leur boulot ! »

Commençons par deux questions ‘poil à gratter’ : 

  • 1) y a-t-il plus de raisons pour exclure une femme, sous prétexte que les femmes ne représentent que 25 % de la FFE plutôt que de choisir un homme sous prétexte que les hommes représentent déjà 75 % des licenciés ? Dans les deux cas, on choisit pour un argument lié au sexe, qui n’a rien à voir avec les compétences requises, alors pourquoi s’offusquer dans un cas et trouver ça parfaitement normal dans l’autre? 
  • 2) Notre Fédération crève, pour partie, d’effectifs en berne. Montrer que les échecs ne sont pas un monde ‘que pour les hommes’ pourrait avoir un effet positif sur les effectifs féminins de la FFE, par effet d’entrainement. Prouver qu’aux échecs aussi, les femmes ont leur place, comme partout ailleurs dans la société, est une œuvre de salut public, un argument vendeur pour des tas de dossiers de subvention (soyons horriblement pragmatique) et pourrait devenir une obligation ministérielle. Voulons-nous donc absolument nous cramponner à des attitudes ringardes ? Ne serait-il pas plus intelligent de devancer un tantinet non pas l’évolution de la société dans son ensemble (là, c’est déjà raté) mais l’évolution législative? 

Passons aux questions qui fâchent mais que tout cerveau normalement constitué va fatalement se poser : 

  • Se pourrait-il que des dissensions, pour ne pas dire des guerres de clan, existent au sein de la gouvernance de la FFE, qui auraient conduit à ce que la volonté d’une Direction Nationale soit considérée comme lettre morte par une autre? 
  • Ou bien alors, la DNF aurait-elle tout simplement oublié (!) de prévenir ou de discuter avec la DNA pour rédiger le plan de féminisation et chacun faisant son travail dans son coin sans se concerter, on en arrive à des incohérences majeures de cet ordre, plus personne ne voulant alors prendre la responsabilité de ce ratage? 
  • La Présidence de la FFE, en cette période d’agitation habituelle d’avant les AG, se serait-elle sentie si peu concernée par des promesses, qui, comme chacun sait, n’engagent que ceux qui y croient, qu’elle aurait tout simplement fait l’impasse sur ce point? 

Bref, pouvons-nous espérer avoir une explication franche et honnête à ce qui apparait, au choix, comme un couac monumental, un mépris affiché de la parole donnée, une désorganisation complète ou de l’incompétence avérée, voire les quatre à la fois ?

Pour l’an prochain, serait-il trop demandé de suggérer que la FFE, après un audit des raisons de ce cafouillage préjudiciable à sa réputation, s’y prenne autrement, par exemple en se donnant plus de moyens, tôt dans la saison, pour aller chercher des arbitres femmes, comme par exemple :

  • en écrivant à toutes les arbitres femmes pour leur expliquer qu’elles pourraient participer à de cet arbitrage prestigieux
  • en (re)publiant un appel en page d’accueil du site de la FFE
  • en écrivant à tous les clubs et arbitres formateurs pour qu’ils relaient cet appel
  • en mettant tous les responsables autour de la table, pour que nul n’ignore la politique affichée de la FFE ? 

Isabelle Billard

PS: ah oui, j’oubliais, pour le troisième mot du titre : http://www.echecs.asso.fr/Actu.aspx?Ref=12067

Illustration : Georges de La Tour, Le Tricheur à l’as de carreau.

1. Les listes de jeux choisis pour illustrer cet article ne sont nullement exhaustives.

2. DNF : Direction Nationale des échecs au Féminin et DNA : Direction Nationale de l’Arbitrage.

Laisser un commentaire