Article de Ouest-France : pourquoi les joueuses sont-elles classées à part ?

Nous avons été interrogés par le quotidien Ouest-France pour savoir pourquoi, dans le championnat de France ainsi que dans les championnats jeunes, il existe des compétitions féminines et des classements féminins. Pour le même article Jocelyne Wolfangel, directrice nationale du secteur féminin de la FFE, ainsi que Anaëlle Afraoui, maître Fide Féminin qui jouait l’an dernier le national Féminin aux championnats de France, ont aussi été interrogées. L’article est à lire en suivant ce lien.

Pour en savoir approfondir sur le sujet, vous pouvez consulter notamment l’interview de la jeune Eva Perles sur son expérience en championnat de France jeune mixte : « Pour moi, c’était un tournoi normal. », le compte-rendu des championnats régionaux mixtes IDF 2018 : « Parce que « mixte » ne signifie pas « chez les garçons » » et le « Parcours d’une joueuse d’échecs semi-professionnelle » par Mathilde Congiu.

Nouveau bureau d’Échecs et Mixte !

L’association est heureuse de vous présenter son nouveau bureau :

Présidente : Sonia Bogdanovsky
Trésorier : Denis Regaud
Secrétaire générale : Mathilde Congiu

Nous remercions vivement l’équipe précédente, composée de Isabelle Billard, Aude Soubrier et Aurélie Dacalor, pour leur action depuis 2015. Elles restent bien sûr des membres actives de l’association.

Parce que « mixte » ne signifie pas « chez les garçons » ou les Championnats régionaux IDF 2018

Mes amis qui ne jouent pas aux échecs me demandent toujours pourquoi dans certains tournois « les filles et les garçons ne jouent pas ensemble. » En général, c’est dit sur le ton de l’évidence : « il n’y a pas de différence entre le cerveau des filles et des garçons, c’est anormal de les séparer. » Je dois donc expliquer à chaque fois que, d’une part ce ne sont pas « les garçons » qui sont séparés des filles mais qu’il existe une catégorie féminine et une catégorie « mixte » où les joueuses s’inscrivent rarement, et que comme il n’y a que 10% à 20% de joueuses, il y en a moins de haut niveau. Résultat, passé un certain stade, sans compétitions féminines ou règles particulières, les joueuses finiraient par trop se raréfier. Je prends en général pour exemple le fait que Hou Yifan, la meilleure joueuse en activité et seule femme au top 100 mondial, n’y est jamais que 93e.
Il n’empêche que séparer les joueuses et les joueurs aux échecs, ça fait bizarre, même pour moi. Et on a déjà parlé sur ce site des problèmes qui viennent de l’habitude de trop jouer en féminin, notamment dans la formation des joueuses. J’ai donc été très heureuse que la Ligue d’Ile de France décide cette année de faire jouer ensemble les catégories féminines et mixtes lors des championnats régionaux des jeunes. L’idée était qu’il y aurait deux classements, le féminin et le mixte, et que les meilleures joueuses auraient ainsi l’occasion de se qualifier en mixte au championnat de France.

J’ai eu l’honneur d’être membre de l’équipe d’arbitrage, en charge de la catégorie Benjamins.

Lire la suite

Les filles féminines seront-elles un jour des femmes et des joueuses ?

La Coupe d’Europe des clubs a eu lieu récemment. L’équipe féminine française a eu les honneurs du site internet de son club avec ce titre : « Coupe d’Europe Des Clubs Pour Les Filles du [nom du club].  » L’équipe en question était composée de quatre joueuses nées en 1988, 1991, 1994 et 1998, des jeunes femmes entre 19 et 29 ans, toutes majeures. Certaines payent sans doute leur loyer ou leurs impôts elles-mêmes, elles peuvent posséder un permis de conduire, elles ont le droit de vote.

Alice_in_Wonderland

Lire la suite