[Mise à jour] État des lieux de la mixité dans les championnats jeunes (départements & ligues)

Voici la suite du travail de compilation des résultats des championnats jeunes départementaux et de ligue (petits poussins à minimes) et de France (petits poussins à juniors). Le but est d’avoir une idée de la progression de la mixité sur l’ensemble du territoire. Vous trouverez ces données en suivant les liens suivants : championnats départementaux, championnats de ligue, championnats de France.

Les dernières données récoltées concernent l’année 2016-2017, donc avant que les nouvelles ligues ne prennent le relais. Ce sera très intéressant de voir comment ce nouveau découpage va affecter (ou non) la mixité des championnats jeunes.

Dans les transitions des ligues vers la mixité, nous pouvons noter le cas du Lyonnais qui organise depuis deux ans des championnats exclusivement mixtes. A l’inverse, la Basse-Normandie a abandonné en 2016-2017 la mixité pour des tournois séparés « mixtes » et féminins. Au niveau départemental, il est plus difficile de faire la part entre les championnats mixtes par principe (la transition du Val d’Oise a été relatée ici et ici) et ceux confrontés simplement à un manque de joueuses, empêchant l’organisation de tournois séparés – du moins avec un nombre de participantes satisfaisant les organisateurs.

En effet, le manque de joueuses ou de joueurs n’est pas toujours considéré comme un frein au maintien de catégories séparées pour le genre (ou l’âge). Il est très fréquent que les filles jouent moins de rondes que les garçons (et acquièrent donc moins d’expérience, en plus de jouer dans des tournois plus faibles) et il arrive régulièrement que les filles jouent contre une ou deux adversaires seulement. Même si c’est beaucoup moins répandu, les garçons aussi peuvent se retrouver à jouer un match plutôt qu’un tournoi. Au-delà de la question de la mixité, je m’interroge sur la possibilité à fidéliser les jeunes joueuses (et joueurs) à notre jeu en leur proposant ce type de compétitions avec un nombre d’adversaires très limité. D’autant que ce n’est pas une fatalité : nombre de départements organisent des championnats regroupant genres et âges, ce qui permet d’avoir de « vrais » tournois.

Les chiffres donnés ci-dessous ne rendent pas compte de la performance globale des filles, mais sont un simple indicateur de la progression de la mixité.

DépartementsNombre de championnats mixtesNombre de podiums avec au moins une filleNombre de championnats remportés par une fille
2012-201312048 (40%)9 (9%)
2013-201416261 (38%)16 (10%)
2014-201516780 (48%)18 (11%)
2015-201616057 (36̈%)18 (11̈%)
2016-201718365 (36%)16 (9%)

LiguesNombre de championnats mixtesNombre de podiums avec au moins une filleNombre de championnats remportés par une fille
2012-2013225 (23%)2 (9%)
2013-2014257 (28%)0 (0%)
2014-20153811 (29%)3 (8%)
2015-2016355 (14%)1 (3%)
2016-20173810 (26%)2 (5%)

 

 

Laisser un commentaire